Menu premier niveau (2)

Le Polar en BD - sélection adulte - Portail de la Bibliothèque du Finistère

Avec le cycle polar ‘’Le noir vous va si bien’’ à la médiathèque de Plonévez du Faou et BD2020 organisé par le Ministère de la Culture, c’est l’occasion parfaite pour un petit tour d’horizon de la BD policière !

20200825 Sélection BdPolarTout commence en 1931 quand sort dans le New York Daily News la 1ère bd policière avec Dick Tracy de Chester Gould (dans le courant du Hard boiled : roman noir). Un héros incorruptible et loyal qui intègre la police pour venger le meurtre du père de sa fiancée. Utilisant un graphisme dynamique souvent qualifié de brutal, Gould cherche à restituer l’ambiance de violence quotidienne à Chicago.

D’autres héros vont naître pour concurrencer D. Tracy : Agent secret X-9 de (Dashiell Hammett, 1934) et Dan Dunn operative secret 48 (Norman W. Marsh, 1933).

Avant-guerre, la BD est un genre majoritairement adressé à la jeunesse en Europe : Tintin (1929) se fait régulièrement détective, Spirou (1938), Zig et Puce (1925), ou encore Tif et Tondu (1938) vont insérer du mystère et de l’aventure dans leurs histoires mais on ne peut pas à proprement parler de bd policière.

Après 1940, la bande dessinée américaine sera interdite par le Reich. De nouvelles créations vont voir le jour dans la franco-belge : Jean Valhardi par Jigé (1941), enquêteur pour assurance, grand musclé au cœur pur par exemple mais surtout Blake et Mortimer par Edgar Pierre Jacobs (1946). Un classique de la BD policière qui mêle espionnage, fantastique et SF (Directeur du MIS et spécialiste en physique nucléaire) dont les aventures sortent encore aujourd’hui sous le crayon d’Yves Sente et André Juillard.

Après 1949, les auteurs franco-belges vont continuer à créer leurs héros de BD policière mais ceux-ci évolueront dans un monde moins noir que les héros américains. La plupart resteront bon enfant, peu violent, sans vice, aidant la police, laissant les femmes en personnages secondaires. Nous sommes bien loin des héros cyniques et violents des bas-fonds américains. C’est alors la mode des journalistes enquêteurs :

Ric Hochet par André Paul Duchateau (1955) grand auteur de roman policier français : détective journaliste qui résout avec brio toutes les énigmes sur son chemin avec l’aide de sa nièce et du commissaire Bourdon. Lefranc (1951) par Jacques Martin, Gil Jourdan de Maurice Tillieux (1956), Clifton (1959) par Raymond Macherot : détective britannique amateur, ancien colonel du MI-5 à la retraite.

Après 1970, la BD s’émancipe et on commence à passer de la BD jeunesse à la BD adulte. Les femmes apparaissent en tant qu’héroïne comme Natacha (par Gos et Walthery) en 1970, qui va ouvrir la voie à de futurs personnages comme Yoko Tsuno (Roger Leloup, 1970) ou Adèle Blanc Sec de Tardi en 1976 : personnage au caractère fort, qui boit, fume et renouvelle ainsi l’image de la femme dans la BD.

Pétillon invente Jack Palmer en 1974, tout le contraire du privé véhiculé jusqu’à présent beau et intelligent : privé chétif, et pas  vraiment doué.

Les auteurs, à travers le récit noir, donnent plus d’épaisseur psychologique à leurs héros qui deviennent plus réalistes, installent des atmosphères20200827 sélection BdPolar 01 et contextes socio-politiques. Le graphisme, la mise en page se renouvellent également. Alack Sinner de Sampayo (1975) par exemple avec un noir et blanc expressionniste, dépeint les bas-fonds new yorkais où règnent le vice et la corruption. Ancien policier, détective blasé, pessimiste.

L’âge d’or (1980- 1990…) voit l’émergence de nouvelles séries qui deviendront des grands classiques : intrigues et personnages très réalistes avec des incursions dans l’espionnage, le thriller,…

Dans le registre du thriller justement, ce sera l’apparition de XIII (1984) par Van Hamme et W. Vance : héros amnésique en quête de son passé sur fond d’espionnage dans des pays non identifiés. Intrigue haletante et dessin très réaliste en font très vite une série culte.

Ou encore Largo Winch par Van Hamme et P. Francq (1980) : orphelin yougoslave adopté par un riche homme d’affaires dont il défend l’empire contre des attaques financières, illégales.

C’est aussi Jerome K. Jerome Bloche (1984) un privé au cœur tendre qui circule en solex ou Nestor Burma adaptation par Tardi du romancier Léo Malet.

Canardo par Sokal (1978) : croisement entre Columbo et Humphrey Bogart. Pilier de bar qui passe son temps entre filatures et boisson. Sokal dresse un portrait sombre et désabusé de la société.

Blacksad / Canales (2000) : atmosphere film noir, années 50. Animaux anthropomorphes (possèdent traits de caractère attendus de leurs espèces : chat rusé, reptile fourbe, gorille fort). Dessin aquarelle, impression de mouvement.

Soda de Tome et Gazotti (1987) : Flic qui se fait passer pour un pasteur auprès de sa mère. La série joue avec l’ambiguïté avec des titres comme « Tu ne tueras point » ou « Tuez en paix ».

Sin city de Frank Miller (1994) : Dénonciation magouilles politiques. Ville du vice et du pêché, monde oppressant avec un seul flic intègre. Dessin très dur, noir et blanc. Un vrai choc lors de sa sortie.

Aujourd’hui, la bande dessinée policière connaît un nouveau souffle. Chaque grande maison d’édition possède une collection dédiée au genre. Les éditeurs n’hésitent plus à casser les codes de la bd polar, à renouveler les formats, à lancer de nouvelles collections et association d’auteurs/illustrateurs.

OPAC Sélection de notices

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Ces cookies sont utilisés pour réaliser des statistiques de visites.